La Métropole TPM va t-elle perdre les 700 000 euros* du plan vélo alloués en 2019 ?

Deux projets sélectionnés le 14 septembre 2019 dans le cadre de l’appel à projets Fonds mobilités actives – Continuités cyclables – risquent de perdre leur financement.

Le premier concerne l’aménagement d’un tronçon de voie verte reliant Ollioules au centre de la Seyne-sur-Mer. Le financement concerne notamment le franchissement des ponts sur autoroute et voies ferrées permettant l’accès à la zone d’activité de la Seyne. Montant alloué : 400 000 € ! Ce projet est un peu notre bébé ; nous en avons porté les fonds baptismaux dès 2015… lire l’historique ici.

Le second concerne un tronçon de la piste cyclable du littoral dans le secteur de l’Almanarre, portion de la fameuse V65 au fort intérêt touristique. Montant alloué : 300 000 €.

Nous avons sollicité plusieurs fois deux élus, M. Guillaume Capobianco de la Seyne et Mme Laeticia Quilici d’Ollioules, avec lesquels nous entretenons une collaboration active et cordiale. Ils n’ont malheureusement pu obtenir de MTPM aucune information sur le suivi du dossier qui les concerne directement : l’itinéraire cyclable La Seyne/Ollioules.

Pour ce qui est du second projet, le seul retour nous vient de M. Yannick Chenevard par voie de presse, dans le Var matin du 17 février 2022 : « Du côté d’Hyères, un kilomètre dans un sens et un dans l’autre vont bientôt être sanctuarisés sur la voie Olbia. » On ne peut dire que ce soit rassurant en terme d’engagement sur les délais… M. Chenevard nous ayant déjà promis un grand bond en avant dès 2018 (voir ici pour se rafraîchir la mémoire).

Le problème, c’est que les fonds sont alloués sous réserve d’achèvement des travaux dans les quatre années. Nous invitons donc les instances en charge du suivi à communiquer officiellement sur l’avancée de ces projets ; il nous faudra autrement conclure que nos mauvais pressentiments sont fondés…

* Ces 700 0000 € sont à comparer avec le chantier en cours, à 600 millions d’euros, pour élargir l’autoroute A57 à l’est de Toulon. Travaux qui impactent le quotidien des Varois au moins autant que ne l’aurait fait la construction d’un réseau de tramway performant… L’impact environnemental est et sera considérable. Loin de résoudre le problème des bouchons (selon le fameux paradoxe de Braess), ce chantier pérennise la place de la voiture en ville en créant un « aspirateurs à bagnoles ». Nous pourrions aussi évoquer d’autres projets inutilement coûteux, comme l’échangeur d’Ollioules pour un coût de 36 millions d’euros, le futur parking dans le secteur Zénith Omega, ou encore le « Pont des arts » qui ne répondra pas au besoin (il suffirait de passer par dessous les voies en prolongeant le passage existant, lire notre avis ici).