Edito janvier 2010

Avant de commencer cette nouvelle année, un petit coup d’œil dans le rétro  sur 2009.

Le grand point positif pour la masse critique  fut  une bonne affluence cet automne avant que les jours ne raccourcissent, septembre et octobre nous ont montré que les cyclistes urbains de Toulon  sont bien présents et prêts à se mobiliser.

Le  second point fut le contact avec les ingénieurs la mairie qui nous laisse entrevoir une possibilité de collaboration, même si les réalisations concrètes qui en découlent à ce jour se limitent à  une signalisation au sol améliorée dans quelques quartiers.  Il y a bien sûr la promesse du passage de la Corderie en double sens cyclable ……..

La ville évolue donc  doucement, mais le vélo reste le parent pauvre, on lui octroie au mieux ce qui reste quand la voiture a été bien servie ou si les réalisations sont aisées.

Nous déplorons l’absence de projets conçus au départ pour le vélo. A y réfléchir la bande cyclable promise sur l’avenue de la République après l’achèvement du second tube est loin d’être la panacée, en fait personne ne se pose la question du besoin réel. On fait, ou on envisage de faire juste pour  faire mais sans  y croire. Un peu comme on jette un os à son chien pour qu’il cesse d’aboyer.

Nous pensons qu’il y a quelques branches éparses dans  la ville sur lesquelles il faut prendre appui et penser en terme de  projet vélo afin de mieux les réunir.

Qu’est-ce qu’un projet vélo ? c’est d’abord une question quels sont les besoins ?

Puis la prise en compte des réponses: en voici quelques-unes, plus de sécurité, plus de tranquillité plus de facilité, plus de plaisir au quotidien.

La sécurité, la tranquillité, c’est pour le cycliste urbain un itinéraire à l’écart des voitures. La facilité le plaisir, c’est la possibilité de joindre l’utile à l’agréable, par exemple s’arrêter  faire quatre courses sur le chemin du boulot dans un quartier sympa .

Ce type de cogitation amènerait par exemple à  privilégier un tracé par le centre ancien, pour relier la piste Est à la piste Ouest un tracé, calme, agréable, doté de multiples petits commerces qui  verraient d’un bon œil l’arrivée d’une nouvelle clientèle qui rechigne a se rendre dans les supermarchés .Un projet c’est donc : bien poser le problème, puis se donner tous les moyens pour y répondre.

La question peut aussi porter sur les activités temps libre, les cyclistes urbains qui ne sont pas tous des avaleurs de kilomètres, apprécieraient de se rendre en famille le week-end jusqu’au futur muséum de la ville et de profiter de son parc.

Ils aimeraient aussi voir  leurs enfants se rendre  jusqu’à l’espace sportif qui se dessine du coté de la Beaucaire. Un projet vélo doit être inclus au départ de  chaque grande réalisation, bien conçu, bien signalé, le trajet procure déjà sa part de plaisir.

Voici la manière dont nous aimerions que soit traité le vélo à Toulon, c’est ainsi que nous porterons la bonne parole en 2010  auprès de nos élus en souhaitant être consultés si possible – et pourquoi ce ne le serait pas ?- avant les prises de décision concernant les aménagements cyclables.

C’est dans ce sens que le sept Janvier 2010  nous irons reconnaître un tracé direct par le centre ancien, reliant  le passage de la Corderie à la porte des Oliviers. Nous passerons pour ceux qui voudraient nous rejoindre à mi-parcours par la rue Vincent Courdouan .

En attendant le sept janvier, préférez les sucres lents qui sont  propices à l’activité physique ,un peu d’eau gazeuse aussi est salutaire.

Bonne année à tous.

Facebook comments:

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.