Jeudi 2 juin, la masse critique a débarqué…sur les plages du mourillon

Etait-ce la proximité de la Fête du vélo plus le Pont de l’Ascension, nous n’étions qu’une quinzaine à nous élancer sur un parcours très marine jeudi 2 juin… mais pomponnés de rouge, ce qui a réjoui les passants.

Une cycliste est arrivée avec une monture bien mal en point. Le chef atelier n’étant pas présent, 2 ou 3 personnes sont venues spontanément à son secours pour prodiguer les premiers secours à la bête…qui n’ont hélas pas suffit à la réanimer. Mais c’était sans compter sur la solidarité entre cyclistes : une participante qui ne pourra pas faire la balade avec nous lui prête gentillement sa bicyclette. Encore un grand merci pour ce beau geste! S’en suit le départ tant attendu, avec Patrice pour guide.

Nous avons 1° passé en revue quelques figures célèbres de La Royale qui ont donné leur nom à de nombreuses voies toulonnaises : Rageot de la Touche, Estienne d’Orves, Jauréguiberry entre autres…

Le premier a choisi de couler avec son navire dans le détroit des Dardanelles : une mine = 648 morts pour 75 survivants ; le second, résistant de la première heure, trahi, il s’est sacrifié pour tenter de sauver son réseau : « vous avez fait votre devoir. Il vous en reste 2 à remplir : sauver les camarades qui ne sont pas arrêtés et sauver vos têtes à cause de vos familles ». Quant à l’amiral Jauréguiberry, il a commandé une frégate de 60 canons, la Melpomène, muse de l’harmonie et du chant puis de la tragédie : elle était la mère des Sirènes…Merci GOOGLE…2° fait du porte à porte entre celle du mauvais bosquet (Malbousquet), celle des départs de manif, les jours de grève( Castigneau),et celles « déplacées » en 1976 : celle du Collège des Jésuites devenu Hôpital de la Marine et celle de l’Arsenal qui ferme monumentalement le Musée de la Marine…

Que d’histoires à retrouver dans le magnifique ouvrage (pas trop de texte mais quantité de photos, dessins, aquarelles) « Toulon découvre son patrimoine » de Rémi Kerfridin paru aux éditions Extrême Eden. 3° croisé des Forts : le « parc paysager » de la Tour Royale, «à la fois un havre de paix à l’écart du tumulte de la ville et une étape culturelle », nous propose une pause au soleil couchant-touchant sur la Tour Balaguier et le Fort de l’Eguillette et enfin le Fort St Louis « situé[…] à proximité des plages ».

On note au passage que la rue menant à la Tour Royale est toujours équipée de bandes cyclables avec l’indémodable option « voitures garées dessus »…

Puis le finish à la plage du Mourillon où on doit y débarquer notre pique-nique…Les « » vous renvoient à la remarquable brochure distribuée avec compétence et sourire à l’Office de Tourisme…Mais quand donc se décideront-ils à installer de quoi amarrer nos vélos devant, quelques arceaux, ce n’est pas la marine à boire…

J’oubliais la Corderie sur notre parcours dont le métrage change en fonction de la source de vos infos passant de 320 à 340 puis plus de 400 m : qu’importe la longueur puisqu’on y roule de plaisir et je me permets de citer Kerfridin p.55 : « l’arrivée de l’autoroute dans la ville sépare l’Arsenal du centre ancien alors que leurs histoires sont liées depuis des siècles. Ici encore [ comme sur l’avenue de la République ( voir pp.12 et 89) et comme sur la rue de Besagne      (p.12), le constat est cruel ; le flot des voitures agit comme une véritable barrière entre le centre ancien de la ville et les structures emblématiques de son histoire. »


Ça c’était l’édito

Rassemblement au lieu habituel : l’esplanade située entre les gares ferroviaire et routière pour un itinéraire très « Marine ».

En mémoire du débarquement, nous suivrons un parcours qui nous permettra de passer en revue différents lieux, bâtiments liés à l’histoire de la Royale…Non, non, rassurez-vous, nous délaisserons le musée du débarquement au sommet du Faron,  pas forcément à portée de tir de la masse même critique mais nous prêterons une attention particulière aux moyens d’arrimer nos bateaux à roues pour qu’ils ne deviennent pas trop galères…et pour avoir le pompon (sur le gâteau ?), n’hésitez pas à venir déguisés en marins et à apporter un pique- nique à partager à l’arrivée.

Facebook comments:

0 commentaire sur “Jeudi 2 juin, la masse critique a débarqué…sur les plages du mourillon

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.