C’est en « bonne voie » , le dossier avance.

Suite à nos propositions pour la mise en place d’un réseau cyclable cohérent, apaisé, sécurisé, continu et direct entre toutes les communes de TPM, à la demande de Mr Hubert Falco, Mr Yannick Chenevard nous a reçu avec son équipe le 16/07/2015 en l’hôtel de la communauté d’agglo à Toulon.

Voici le cr de cette réunion: téléchargeable ici: Compte rendu de la réunion du 16juillet2015 TPM

 

Compte rendu de la réunion du 16/07/2015 , Hôtel de la communauté d’Agglomération TPM.

Objet: mise en place d’un réseau cyclable cohérent, apaisé, sécurisé, continu et direct entre toutes les communes de TPM.

Cette réunion fait suite à notre lettre du 15 Juin adressée à Mr Hubert Falco Président de TPM.

Monsieur Yannick Chenevard présidait et animait cette réunion, assisté de Sébastien Maréchal,de Gaëlle Claire, de Pierric Puppier, de Véronique Haure-Place.

Régine Tison , Jacques Estades , Gilles Lehmann représentaient le collectif pour l’essor du vélo à Toulon.

L’annexe A du cahier de propositions élaborée par les animateurs du collectif – qui cible à titre d’exemple la liaison Ollioules-La Seyne – a servi de trame pour la conduite de cette première rencontre.

Les techniciens de TPM avaient élaboré un diaporama commenté , qui reprenait ce document . Ils s’étaient préalablement rendus sur les lieux pour mesurer la largeur des ponts qui desservent la zone d’activité de La Seyne et pour étayer le dossier à l’aide de photographies.

Après les présentations , Mr Yannick Chenevard souligne que dans le cadre de l’actuelle révision du Plan de Déplacements Urbains (PDU) notre initiative tombe à pic. La réunion abordera ensuite directement secteur par secteur les aspects techniques de nos propositions : alternatives possibles , solutions envisageables, difficultés probables.

Un rappel a été fait par le collectif sur l’urgence à mettre en place un itinéraire sécurisé à moindre coût pour permettre aux cyclistes d’éviter sans attendre le pont élargi de la D26 qui a été mis en service. (préambule de l’annexe A)

Ainsi :

Secteur N°1 : Le tracé proposé qui vise à éviter les ronds points de la D11 et les gaz d’échappement commence par le pont de Berger . Il passerait semble t-il dans un parc de la commune dans lequel il faudrait baliser un passage avec la collaboration de la commune. Une alternative est proposée par Mr Maréchal, en considérant que le centre du village se situe plus au nord vers le parking du conservatoire. Le contournement se ferait alors par le pont sur la Reppe et le chemin de St Rock pour rejoindre le chemin du pont de berger. Se pose cependant une question de sens de circulation pour les cyclistes qui remonteraient , car le nord du chemin de St Rock est en sens unique . a

Secteur N°2 : Le tracé proposé vise également à éviter le rond -point de la D206 (Av jean Monet) , celui de la route de La Seyne , et les gaz d’échappement. Le passage par le chemin de la mistralade ne semble pourtant pas approprié car il imposerait de continuer ensuite dans une propriété privée puis sur une parcelle abritant des bassins de rétention (domaine public).

L’alternative envisagée renverrait donc les cyclistes vers la route de La Seyne en passant par le rond-point situé à l’ouest de l’AV Jean Monet.b

Remarques à posteriori :

-Cela amorcerait la liaison cyclable souhaitée vers la gare de Sanary qui passerait le long de la nouvelle caserne des pompiers puis enjamberait la Reppe à l’aide d’une passerelle, donc une réelle cohérence.

– La prolongation de la récente piste en double sens de l’AV Jean Monnet jusqu’au giratoire semble du coup incontournable , ainsi que la mise en place d’îlots à l’approche du giratoire permettant de franchir chaque route traversée en deux temps.

-Après contournement du rond-point la prolongation de la piste en double sens à l’ouest de la route de la Seyne serait la seule solution capable d’offrir la sécurité attendue sur cette artère à grande circulation pour gagner l’entrée de la Zone d’activité de La Seyne. La sécurité dans cette configuration étant apportée à la fois par la double largeur et par les sens de circulation qui permettent aux cyclistes de voir et d’anticiper les évolutions des voitures arrivant de face.

-La solution qui a été évoquée lors de la réunion à savoir une bande de chaque côté sur la route de La Seyne ne permettrait pas aux cyclistes de voir les voitures et camions qui arrivant par derrière avec un écart de vitesse important .

Secteur N°3 : Il s’agissait là pour le collectif du secteur le plus délicat en raison du franchissement de l’autoroute et de la voie ferrée .En fait les mesures des tabliers des ponts réalisées par les services techniques de TPM permettent d’envisager la création sur chaque pont d’espaces partagés piétons/vélo. Sur le reste de ce secteur l’esprit de l’aménagement cyclable à créer côté ouest serait toujours une piste double sens ou espace partagé jusqu’au rond-point de l’Europe.

Secteur N°4: Le franchissement du Rond-point de l’Europe comme proposé semble cohérent et réalisable. L’aménagement du chemin de la Farlède et du Bd de l’Europe peut s’envisager au sud de la voie, en espace partagé. La largeur de la voie est compatible, une réorganisation des places de stationnement et de la voirie sera nécessaire.

Secteur N°5 :

Les propositions sont cohérentes et envisageables, le point délicat sera une question de propriété des portions d’itinéraire jouxtant Leclerc au nord et à l’est . C’est donc une question de foncier qui est à résoudre.

Secteur N°6

Peu de remarques sur ce tronçon déjà bien pourvu.

Secteur N°7

Les propositions tenant surtout à la mise en place d’une signalisation adaptée semblent cohérentes et réalisables.

En fin de réunion Mr Yannick Chenevard évoque la suite du traitement de ce dossier :

– Les services de TPM solliciteront : les communes , le Conseil Départemental et les autres instances concernées , afin de valider ou adapter les solutions envisagées ce jour.

-Il souhaite la tenue d’une réunion de synthèse ou validation avant la fin de l’année, afin d’inscrire les premiers travaux dans les budgets à venir.

-Toutes les aides financières possibles susceptibles de participer à la réalisation de cette liaison seront évidement sollicitées.

Évocation est faite des projets de création de gares supplémentaires qui devraient offrir des solutions complémentaires pour irriguer ce secteur de Toulon ouest. Idem vers St Musse. Une « maison de la mobilité » est en gestation ainsi que des équipements cyclables du côté de la Valette.

Commentaires du collectif sur cette réunion :

Cette première rencontre  » officielle » entre le collectif et TPM a été fructueuse , allant au delà de nos attentes. Une volonté partagée de faire avancer ce dossier rapidement nous à permis d’être particulièrement efficaces et de discuter dans une ambiance respectueuse .

Une divergence de point de vue relatif à la pratique des rond-points par les cyclistes à fait l’objet d’un débat d’experts. Il y a lieu de ne pas oublier que si les habitués du vélo n’ont plus trop d’appréhension pour aborder les giratoires, l’objet de l’itinéraire proposé est de favoriser le report modal vers les modes actifs. Hors les changements d’habitudes en matière de déplacement se font souvent à l’occasion de rupture de notre quotidien. Nous espérons que la l’apparition d’un itinéraire réellement cohérent, apaisé, sécurisé, continu et direct , appuyé par une communication incitative sera un déclencheur à même d’amener de nouveaux cyclistes . Éviter d’envoyer les cyclistes en puissance se mesurer aux voitures nous semble donc une priorité.

La création des gares supplémentaires dont celle de l’Escaillon apportera un bol d’air dans ce secteur de l’ouest de Toulon , mais l’autoroute séparant toujours la technopole de la mer de la gare de la Seyne ou de la future gare de l’Escaillon, la création d’une passerelle pour les modes actifs restera nécessaire .Il existe cependant un passage technique assez large sous l’autoroute qui pourrait apporter une solution vers l’Escaillon.

c

Le collectif pour l’essor du vélo à Toulon faute de structure réglementaire ne peut prendre part à la concertation prévue pour la révision du PDU. Cependant il nous est apparu lors de récentes relectures que les objectifs qui ont été définis en 2005 pour les modes actifs sont assez aboutis, mais n’ont pas été assez suivis de réalisations concrètes dans les faits. Un point notable est à améliorer la création de multiples parkings vélo réellement sécurisés tant autour des gares, que des parking relais , au coeur des communes,dans les quartiers et dans les centre anciens . C’est pour nous une clef pour faciliter le report modal . Pour information, ce besoin de parkings vélos à été pris en compte suite aux remarques du collectif lors de l’enquête publique du PPA du var et s’est traduit par une modification de la fiche 7.2 du PPA . Le PPA donnant des règles à suivre lors de la révision du PDU nous aurons donc apporté aussi notre pierre…

Facebook comments:

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.