Projet d’itinéraire Toulon/Ollioules : réunion sur le terrain du 10 juin 2021

Comment rejoindre Ollioules depuis Toulon (et vice-versa) à vélo de façon sécurisée ?

Le sujet n’est bien évidemment pas neuf ; nous conseillons depuis longtemps une solution (quoique imparfaite) aux usagers dans notre guide des parcours sélectionnés, et nous avons effectué une reconnaissance collective pas plus tard que le 1er octobre 2020 lors d’une balade de la Masse critique (voir le détail du trajet et commentaires ici).
Et comme promis, les choses bougent !

Pour faire suite à la réunion du 9 avril en mairie d’Ollioules (lire le compte-rendu ici), une réunion sur le terrain avait été programmée avec les participants suivants :
– Mme Laeticia Quilici (Département-Mairie d’Ollioules),
– M. Antoine Vaccaro (Mairie d’Ollioules),
– M. Gilles Hermitte (Mairie d’Ollioules),
– Mme Cécile Veillant (Métropole TPM),
– M. A. Reguiez (Métropole TPM),
– M. Jean-Paul Klein (AF3V Var-collectif MobilActiVar),
– M. Gilles Lehmann (Collectif vélo Toulon Masse critique-MobilActiVar).
Ces derniers ont ainsi parcouru un large secteur autour de la Polyclinique Les Fleurs pour évoquer des options d’itinéraire visant à offrir un tracé amélioré entre Toulon et Ollioules.

La logique était de chercher, dans un premier temps, une possibilité de relier à moindres travaux (et donc dans un bref délai), la piste cyclable du quartier Lagoubran au secteur de la Beaucaire, puis d’appréhender la possibilité d’un tracé direct par la voie située devant la Polyclinique Les Fleurs, aujourd’hui neutralisée à titre d’expérimentation.

Relier à moindre délai le quartier de Lagoubran à celui de La Beaucaire, et étudier le prolongement.

Les représentants MobilActiVar ont suggéré d’offrir aux cyclistes un contre-sens cyclable sur les 50 mètres de l’extrémité Est du chemin de Geffrier, en ajoutant la signalisation réglementaire, ainsi qu’un miroir afin que les cyclistes ne s’avancent que lorsque la voie est libre.

Cet itinéraire cyclable Toulon/Ollioules par la Beaucaire devrait être fléché depuis le quartier Lagoubran.

Pour la suite, il est bien sûr possible de rejoindre le Technopôle de la mer, puis Ollioules, en passant par le giratoire de la coopérative ; mais la proposition de MobilActiVar est d’étudier la création d’un tracé direct, si possible en double sens cyclable, qui demanderait quelques travaux. Si le passage par l’avenue Frédéric Mistral ne pose a priori pas de problèmes techniques (puisque la voie nord est neutralisée à ce jour), le lien entre le rond point de la Cagnarde et l’avenue Jean Monnet nécessiterait de buser le ruisseau (ce qui est en partie déjà fait).

La traversée de la D206, un peu à l’est de l’avenue Jean Monnet, permettrait d’éviter le contournement du giratoire suivant.

Cela serait une bonne anticipation de l’arrivée annoncée d’une piste venant du sud et franchissant l’autoroute avec le BHNS. Mais qu’en sera-t-il ? Cela pourrait gommer des difficultés liées au foncier.

Il faut savoir que la pratique aujourd’hui, pour les plus pressés, c’est d’emprunter le couloir bus depuis le Technopôle, et de passer entre la coopérative agricole et la clinique vétérinaire.

Pérenniser le calme devant la clinique des Fleurs n’est pas le moindre atout de notre proposition, tant le bruit devient un fléau. Qui ne connaît la consigne « Hôpital, silence ! » ?

Nous tenions également à présenter un accès possible à la zone commerciale d’Ollioules passant par l’allée des Romarins et le chemin Meissonnier et enjambant la voie ferrée derrière le magasin KIABI. La réalisation d’une rampe en pente douce permettrait de contourner la petite volée d’escalier. Cela pourrait même devenir un itinéraire menant à Ollioules, si le tunnel technique passant sous l’autoroute, derrière le magasin BESSON, pouvait être ouvert au public et connecté à l’impasse des Peupliers du côté nord.

Itinéraire desservant la zone commerciale d’Ollioules
Un passage technique existe : pourrait-il être relié à l’impasse des Peupliers côté nord ?

Nous avons rapidement évoqué l’itinéraire Ollioules/La Seyne. La création de ponts spécifiques pour les modes actifs ne nous semble pas insurmontable, comme déjà dit dans le compte-rendu de la réunion du 9 avril (voir ici).

La possibilité de rejoindre la pyrotechnie par le chemin André Louis en contre-sens n’apporterait, semble-t-il, pas assez de sécurité pour être envisagé. Le cheminement avec les voitures par les entrepôts Shurgard sera privilégié, sans aménagement. Cela souligne le besoin d’aménager sans trop attendre la D63 entre le rond-point de la Pyrotechnie et le bar de l’Hippodrome pour rejoindre la gare de La Seyne.

Nous remercions l’ensemble de nos interlocuteurs pour leur écoute attentive, et proposons d’opter pour le vélo pour la prochaine sortie sur le terrain.

Nous tenons à souligner l’intérêt de réunir les acteurs que sont les communes, le département et la Métropole sur le terrain pour affiner le schéma directeur des aménagements cyclables et pour faire connaître les itinéraires « BICYBLABLES » que nous imaginons au quotidien !

– Pour mémoire, lire aussi le compte-rendu de la réunion du 21 mai à Sainte-Anne-d’Evenos : quelle solution pour rejoindre le Beausset, quel dispositif dans les Gorges d’Ollioules ? Voir ici : http://lamassecritique.fr/wp/?p=10494

Facebook comments:

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.