Compte rendu de la réunion du 11 décembre en mairie de Toulon.

Les personnes présentes.

Madame Josée Massi Maire de Toulon
Monsieur Luc de Saint-Sernin  11e adjoint voirie , mobilité durable,Mairie de Toulon
Monsieur Tanguy Albert Conseiller municipal , circulation Mairie de Toulon
Madame Emmanuelle GLENAT Chef de Cabinet Mairie de Toulon
Monsieur Frédéric Giraud MTPM services techniques Antenne Toulon
Monsieur Philippe Alarcon MTPM services techniques Antenne Toulon
Monsieur Ghera Jérôme  animateur du collectif pour l’essor du vélo à Toulon.
Monsieur Lehmann Gilles animateur du collectif pour l’essor du vélo à Toulon.

Cette réunion est à l’initiative de Madame le Maire qui consulte tour à tour les associations et représentants des usagers cyclistes. Elle a reçu précédemment Pharmacycle et Toulon Var Déplacements. Le sujet principal de ce cycle de consultation est naturellement la traversée cyclable de Toulon.

La situation actuelle

Le boulevard de Strasbourg est peu fréquenté par les cyclistes qui n’y sont pas à l’aise. Le contre sens cyclable mis en place rue Victor Micholet  bien que donnant satisfaction à de nombreux usagers à été supprimé suite à quelques incidents. En l’état il a été considéré comme accidentogène par la Mairie. Nous pensons cependant qu’il aurait été possible d’améliorer le dispositif. La bande cyclable dans le sens est /ouest récemment crée Avenue de la République également appréciée par certains donne néanmoins quelques sueurs aux observateurs. La largeur des bus et camions qui empiète sur la bande cyclable accentue le sentiment d’insécurité.  Nombre de cyclistes préfèrent passer derrière la mairie rue Henri Seillon, puis rue Victor Micholet. Par contre Il n’est pas rare de voir des trottinettes électriques en contre sens sur cette bande.

Une singularité toulonnaise : les ferries

Un élément important à prendre en compte est l’embarquement des ferries en particulier en période estivale. De l’avis des services techniques, il paraît difficile de se priver d’une voie sur l’avenue de la Republique sans occasionner des bouchons monstres. Les camions venant de l’ouest sont incités à contourner la ville pour accéder au port par l’est. Pour les voitures particulières, les systèmes de navigation (GPS) orientent principalement par l’avenue de la République car le tracé est direct avec un flux plus important. En serait il de même si il y avait une voie de moins sur l’avenue de la République ? Passeraient elles par le boulevard de Strasbourg pour gagner l’est de la ville….passeraient celles par la trémie sous le centre Mayol ? Sans compter qu’apaiser le trafic avenue de la République, dans l’esprit du Cours Mirabeau à Aix-en-Provence (mais avec le bus) faciliterait le lien entre le port et la basse ville, rendrait attractif le lieu et dynamiserait les commerces.

Face à cette contrainte un aménagement cyclable en double sens sur le port n’est pas envisagé par les services techniques.

Quelles sont les autres options possibles ?

Les services de la Mairie et de la Métropole suggèrent un passage par le centre ancien. C’est le sujet de cette consultation.

La proposition serait de privilégier dans le sens est ouest la rue derrière la mairie. Nous préconisons alors  une rue cyclable, ou « vélorue » ou les cyclistes ne peuvent être dépassés. Pour la boucle de retour l’axe envisagé est le prolongement du passage de la Corderie, par la rue Semard, la rue d’Astour, les halles, la rue Cordouan en contre sens ou le détour par la visitation, puis la porte d’Italie avec le pan incliné repensé.

Projet de traversée cyclable de Toulon par le centre ancien par la Mairie de Toulon

Un itinéraire créant trop de conflits

Jérôme résume l’intérêt d’un itinéraire par le bas de la ville, dont le principal intérêt est la facilité de connexion tant à l’ouest vers le passage de la corderie, qu’à l’est vers Roosvelt et Delattre de Tassigny dont la requalification est annoncée.  Nous soulignons que le passage par le centre ne peut être considéré comme répondant aux besoins des cyclistes actifs dont le vélo est un moyen de transport, ils  ne flânent pas . En résulterait un conflit piétons /cyclistes important qui nuirait à l’objectif de faire du centre de Toulon un concurrent sérieux aux zones commerciales périphériques (Avenue 83, Grand Var, etc.).  Nous  suggérons de diluer les flux par plusieurs itinéraires dont les passages par les « traboules » (porches) qu’il conviendrait d’aménager en gommant les escaliers et en améliorant la visibilité aux extrémités (miroirs ). La rue Jean-Jaures est évoqué à titre d’exemple  pour la qualité  de sa réalisation qui est proche d’une zone de rencontre si ce n’était les rambardes .

Passage par l’avenue de la République

Le collectif à depuis longtemps suggéré d’utiliser la troisième voie de l’avenue de la République pour créer un aménagement en double sens rapide qui soit connecté à l’est au parvis du stade Mayol à l’ouest au passage de la corderie par les trottoirs de la porte principale. En effet la mise en service du 2e tube a absorbé 75000 véhicules/jour et le futur BHNS par ses qualités annoncées a vocation à réduire le trafic automobile. Ces deux facteurs devraient permettre la récupération d’une voie. D’autant que la création d’une liaison cyclable de qualité encouragerai la pratique du vélo pour les trajets domicile-travail. Mr Philippe Alarcon souligne la difficulté de rejoindre les quais du port au sud ou le centre ancien depuis cette troisième voie . En effet seuls les arrêts aux feux tricolores permettraient ces manœuvres. Notons tout de même que le passage par le centre ancien répond bien à cette problématique. Nous avions dédié cette fonction à la rue Victor Micholet qui malheureusement n’est plus dotée de son contre sens cyclable.

Notre vision historique de l’aménagement de l’avenue de la République dont le but était d’éviter de créer une bande cyclable au sud qui aurait servi de parking. Il y aurait sûrement d’autres possibilités avec une requalification plus importante. La liaison avec De Lattre de Tasigny ne devrait elle pas guider ce choix ?

Configuration actuelle
Proposition de la Masse critique à bas cout avec voie centrale séparée du flux véhicules par des plots (type piste Covid)
Proposition de la Masse critique avec suppression d’une voie
Proposition de la Masse Critique à long terme avec suppression de deux voies et élargissement des trottoirs

Tunnel fermé

Mr Frédéric Giraud rappelle aussi la contrainte qu’impose le tunnel en cas d’incident. Les voitures sont  alors contraintes de passer en surface. Nous pensons que ces événements étant épisodiques il pourrait être admis dans une situation dégradée que la voie dédiée aux vélos puisse temporairement être restituée aux voitures.

Une solution évoquée : supprimer du stationnement

La rue Victor Micholet serait elle la solution d’avenir ?

Au cours de ce brainstorming,  la rue Victor Micholet et son prolongement par la place Gambetta et Henri Seillon est de nouveau évoquée . Supprimer le stationnement ? Autoriser seulement les livraisons et les accès mairie ? créer une piste cyclable en double sens? la solution ne pourrait elle être là ? demande madame le Maire.  Notre avis est que ce serait une voie royale facile à connecter à l’ouest , vers l’est   gagner la porte d’Italie semble jouable. Pour rejoindre le parvis du stade c’est un peu plus compliqué. Les cyclistes passent souvent par la rue de la fraternité traversent le cours Lafayette, l’étroit passage vers la rue Merle, rue du Murier et la rue Dutasta. Serait il possible de repenser le plan de circulation de cet ilot ?). Le concept de créer un axe cyclable majeur sur Micholet est cependant séduisant.


Derrière la Mairie en prolongement de la rue Victor Micholet la rue Henri Seillon comporte peu de stationnement. Pourrait on s’en passer ?

Mr Philippe Alarcon évoque une difficulté comment les voitures accéderaient elles à l’arsenal dans ce cas de figure…( un îlot central peut être). Ce projetant  sur cette option il évoque cependant  un confortable plateau traversant  pour conduire  les cyclistes de la rue Micholet au trottoir situé  entre la porte principale et le passage de la corderie. (Bien qu’une action en justice laisse planer un doute sur ces aménagements considères parfois comme étant des ralentisseurs).

Le plan de circulation de cet ilot urbain ne pourrait il être repensé, difficile aujourd’hui d’atteindre le parvis du stade Mayol..ensuite la voie serait libre vers Roosvelt ou Tassigny.

Sur ce thème essentiel de la traversée cyclable de la ville, la mairie convoquera ultérieurement les associations et collectifs consultés pour présenter les solutions retenues. Peut on imaginer des expérimentations ?

D’autres sujet ont été abordés au cours de cette réunion  :

Les vols de vélo à Toulon

La presse ayant rendu compte du nombre de vélos volés à Toulon- un peu plus de 300 sur une année- le sujet est sensible. Le ratio par rapport au nombre d’habitants serait cependant pire dans les grandes Métropoles comme à Lyon par exemple. La part modale de déplacement à vélo y étant supérieure aussi il est difficile de comparer. Au delà des chiffres, la peur de se faire voler son vélo est bien présente et représente un frein indéniable et important à la pratique du vélo à Toulon et dans son agglomération.

Il faut sur ce thème certainement former les usagers sur le choix et les règles d’emploi des antivols. Le collectif a en 2019 sur la corniche de Tamaris réalisé des démonstrations de la vulnérabilité de certains modèles.Il existe aussi de nombreux outils traceurs GPS à faire connaître. Nous soulignons que les employeurs ont un rôle à jouer dans ce domaine. L’hôpital Sainte Musse propose, par exemple, un box sécurisé pour le personnel accessible à l’aide d’un badge. Nous précisons que l’offre actuelle dans les prakings gérés par Q park ne correspond pas à un des plus importants besoins des cyclistes urbains : trouver un endroit parfaitement sécurisé pour des besoins occasionnels. L’investissement de la Métropole pour le financement des VAE ne peut être suffisamment efficace du fait de la crainte du vol. L’existence des box sécurisés est encore trop peu connue, la signalisation extérieure est trop discrète. À noter que le nouveau parking Zenith Préfecture n’en dispose pas …c’est bien dommage.

La signalisation trop discrète des parkings sécurisés n’en assure pas la promotion.
Les abonnements à 30 euros pour 3 mois séduisent peu d’usagers, le stationnement occasionnel n’y est pas possible. Et une option à 10 ou même 20 tickets pour 10 euros serait ce possible?

Nous préconisons de réfléchir à une offre complémentaire dont la réhabilitation de locaux actuellement fermés pour créer des « kiosques à vélos  » dont l’accès serait autorisé aux résidents de la Métropole moyennant un enregistrement préalable. Cela se pratique par exemple à Arcachon le service y est gratuit. Cela aurait du sens pour dynamiser le centre ancien, pour les abords du marché, pour les salles de spectacle, cinémas…où les vols sont fréquents.

Pour les touristes qui ne pourraient en bénéficier, l’implantation de box que l’on peut fermer avec son propre cadenas serait une option à retenir aux abords de la gare. Une surveillance vidéo serait un plus. ( nous n’avons pas abordé la question de l’exploitation des enregistrements en cas d’infraction . Quel numéro appeler ? La police peut-elle , voudra-t-elle mener une recherche efficace avec ces outils ? ).

Comment collecter les avis des usagers ?

Faute -au-delà de la Maison de la Mobilité – d’avoir un correspondant spécialisé sur les questions des modes actifs , est il possible de s’appuyer sur des applications comme GEOVELO ou mieux encore VIGILO qui est encore plus spécifique, pour permettre aux usagers de faire des observations de terrain en temps réel. Cela suppose pour VIGILO la mise en place est le suivi technique de l’application .

Il conviendrait aussi d’envisager un retour vers les usagers du suivi des observations et des travaux qui en découlent.

Madame le Maire prend note de ces possibilités techniques, Monsieur Tangui Albert pourra jouer le rôle de correspondant sur les questions propres au vélo et aménagements cyclables. Mr Philippe Alarcon également puisque la Métropole est aussi en charge de la voirie par ses antennes locales.

À titre d’exemple nous citons les bateaux (abaissement de la hauteur des trottoirs au niveaux des passages piétons et vélos) . Souvent trop hauts ils sont alors gênants pour le passage des vélos cargo munis d’une petite roue à l’avant qui servent souvent à l’accompagnement des enfants. Le pavage de certaines rues aussi est pénible pour les PMR c’est à noter. Un bateau serait bien venu pour accéder au pont Louis Armand depuis le nord. Ce trottoir est un passage obligé pour se rendre en gare.Il est difficile semble t il de poser un encorbellement partiel pour accéder à la zone parking en contre-bas.

L’appli VIGILO permettrait de signaler facilement les écueils qui rendent le cheminement compliqué.
L’appli VIGILO permettrait de signaler facilement les écueils qui rendent le cheminement compliqué.

Divers sujets ensuite

La voie express, le nouvel aménagement est très apprécié, le passage vers la dalle des ferrailleurs est maintenant facilité. (celle ci vient d’être partiellement traitée par un grenaillage évitant les glissades par temps humide qui est très efficace). Le feu tricolore situé sur le Boulevard Téssé permet aux cyclistes de s’engager en sécurité, l’îlot pourrait être agrandi pour accueillir plus de cyclistes en attente. Nous n’avons pas évoqué l’ouverture souhaitée si possible sans trop attendre, sur quelques mètres de la bande végétalisé pour donner accès a cet aménagement aux cyclistes passant sous le parking Mayol. Monsieur Frédéric Giraud évoque le projet de connecter la voie express au secteur nord de la voie ferrée par une passerelle attenante à l’un des ponts existants.

Nous évoquons la possibilité de prolonger le passage souterrain de la gare routière sous le boulevard Commandant Nicolas pour gagner le parvis Oméga Zénith par un long pan incliné. Intéressant pour le personnel du futur pôle d’enseignement médical et pour les PMR.

Le parking de la Porte d’Ollioules sous utilisé de jour comme de nuit, ne pourrait il pas drainer du stationnement la nuit et donner ainsi la possibilité de récupérer de la surface sur des secteurs proches comme le pont du Las? ( Nous avons appris entre temps que la sécurité des véhicules n’y serait pas assurée, est ce là un frein à son usage? Pourrait on y remédier ? caméras, vigiles …..).

Le parking relais de la Porte d’Ollioules pourrait il jouer un rôle pour alléger le stationnement sur le Pont du Las.

Nous n’avons pas eu le temps de parler du BHNS dont nous souhaitons que le chantier soit mené simultanément avec des aménagements vélo selon le Schéma Directeur de Aménagements Cyclables.

Notre souhait sera de rencontrer prochainement la Métropole pour évoquer la requalification annoncée de l’Avenue De Lattre de Tassigny . L’accès à la zone d’activité de la Seyne/ Six Fours récemment refaite serait aussi un sujet à aborder. Nombre de nos correspondants des 12 communes seraient prêts à mettre à disposition leur expertise d’usager.

Nous remercions Madame le Maire Josée Massi et l’ensemble de nos interlocuteurs pour cette réunion, pour la qualité des échanges et la volonté marquée de faire plus de place aux modes actifs. L’éventualité de grignoter au besoin un peu de la surface dédiée aux voitures n’est plus un tabou. (Déjà amorcé sur Franklin Roosvelt et Commandant Nicolas ). La solution de l’équation passera peut elle par cette option? La réflexion est en cours.

Nous remettons en fin de réunion notre document de préparation.