Lettre à Monsieur le Président de la Métropole Toulon Provence Méditerranée.

Monsieur Hubert Falco Président de la Métropole Toulon Provence Méditerranée

Hôtel de la Métropole

107 Boulevard Henri Fabre – CS 30536

83041 TOULON Cedex 09

Monsieur le président de la Métropole Toulon Provence Méditerranée

Les animateurs du collectif pour l’essor du vélo à Toulon vous remercient pour les réunions qui se sont tenues en 2017 avec les services techniques de la mairie de Toulon ainsi qu’avec les responsables des transports et de la mobilité de TPM.

Si nous avons eu l’été dernier l’occasion de déplorer dans les médias que la traversée de Toulon ne soit pas encore effective, c’est que pour nous cette traversée est une clef qui doit permettre de décupler l’usage du vélo à Toulon. L’ambition du nouveau PDU concernant l’évolution de la part modale de tous les modes actifs, qui vise seulement 3% à l’horizon 2025 n’aura pas permis de déverrouiller ce blocage sans doute.

En comparaison, la Métropole de Bordeaux aujourd’hui à 7 % pour la seule part modale du vélo , vise 14 % avec un investissement massif 70 millions d’euros d’ici 2020. Le vélo y est considéré comme une solution, pas comme un problème. Voilà pourquoi nous argumenterons encore en 2018 pour une accélération du processus de report modal à Toulon et pour une révision à la hausse des objectifs .

Nous souhaitons dans cette démarche être à nouveau force de propositions et vous soumettons par ce courrier quelques axes de réflexion :

-Nous espérions beaucoup que le passage en Métropole de la communauté d’agglomérations pourrait dynamiser le processus de transition vers une ville plus apaisée. Mais il est admis que les rouages administratifs ne seront pas fonctionnels avant deux ans. Encore autant de temps perdu pour l’élaboration d’un schéma directeur cyclable continu et cohérent reliant les 12 communes.

Nous vous proposons, dans un premier temps pour préfigurer les rouages un jour bien huilés de la Métropole, de rencontrer sans attendre les services techniques de la mairie et les instances de TPM autour d’une même table, pour traiter efficacement la problématique de la traversée cyclable de Toulon. Nous avons lors de réunions de juillet élaboré des solutions alternatives passant par le centre ancien qui pourraient être mises en œuvre rapidement. L’attribution d’une voie de circulation dédiée au vélo sur l’avenue de la République reste pour nous la vraie solution à mettre en œuvre à terme, avec une possibilité de rejoindre la porte des Oliviers en passant par le quai Joseph Lafontan devant le stade Mayol, puis en remontant de Lattre de Tassigny toujours côté nord, pour rejoindre la piste de l’Eygoutier. La voie express, réservée exclusivement aux modes actifs, permettant elle de relier le haut de la ville à Mayol dans les deux sens.

-Dans le même esprit nous aimerions pouvoir rencontrer en 2018 les services des communes de La Seyne et d’Ollioules avec les responsables mobilité de la Métropole pour faire avancer le projet de liaison cyclable Ollioules-La Seyne que nous vous avons soumis il y a déjà 3 ans. ( juillet 2015 ).

Nous sommes heureux d’apprendre qu’une étude va être demandée pour permettre aux cyclistes de franchir enfin en sécurité les ponts qui enjambent l’autoroute et la voie ferrée . Cependant la logique d’itinéraires directs et continus adoptée ne peut tolérer aucun chaînon manquant .Hors il n’existe pas de solution à ce jour pour réunir la piste cyclable de la D26 avec l’entrée de La Seyne D559. (secteur N°5 du projet).

Ce qui nous surprend le plus, c’est que pour cette liaison qui devrait avoir valeur de modèle dans l’élaboration du schéma directeur cyclable de la Métropole, aucune recherche de solution ne soit en cours. Il y pourtant à faire comme solliciter les entreprises voisines Leclerc et Auchan engagées dans des démarches éco-responsables en manque parfois d’idées et de solutions concrètes.

C’est précisément là que la Métropole devrait être forte en faisant jouer au mieux les acteurs de proximité que sont les communes pour un projet collectif qui profitera à tous.

Concernant toujours l’ouest toulonnais, la question de la ville de Saint-Mandrier dont beaucoup d’habitants se mobilisent pour obtenir un jour une piste au bord de mer, nécessite toute votre attention. Ne faut il pas anticiper cette réalisation dans le schéma directeur cyclable de la Métropole ? Comment alors ne pas repenser totalement la circulation sur la corniche de Tamaris en envisageant par exemple de laisser aux modes actifs la demie-voie du côté de la mer dans une logique d’itinéraires directs, continus, sécurisés et même apaisés. L’attrait du lieu y gagnerait forcement .

-La lutte contre les embouteillages ne peut avoir comme solution de faire toujours plus de place aux voitures. Les investissements sont sans fin et les bouchons toujours présents . Quatre voies pour sortir de l’autoroute au Camp Laurent, bientôt un échangeur à Ollioules , un pont élargi sur la D26 reversé aux camions et aux voitures…la liste est loin d’être exhaustive.

Nous vous suggérons une autre approche pour tenter de réduire la densité du trafic, un levier capable de favoriser le taux d’utilisation du vélo à l’horizon 2025 : sensibiliser les plus jeunes .

Si rien n’est fait, les enfants qui ont 11 ans aujourd’hui envisageront comme leurs aînés de passer le permis de conduire en 2025. Il nous semble possible de les ouvrir à d’autres pratiques avec encore une fois des solutions concrètes :

-Dans les lycées proposer avec les associations locales tournées vers la transition écologique des ateliers à thème pour promouvoir les mobilité actives : Peut on, faire autrement ? Comment faire autrement ? Qui peut faire autrement ?

-Inviter de jeunes délégués représentant les établissements scolaires (ex : Dumont en transition) à participer aux réunions avec les acteurs de la mobilité comme cela se fait aujourd’hui avec le collectif pour l’essor du vélo à Toulon. Cela afin de pérenniser la culture du dialogue, de s’assurer qu’une relève d’interlocuteurs apportera toujours des idées nouvelles.

-Créer des événements festifs réguliers autour de la pratique du vélo en famille . Réserver des espaces libres de voitures un jour par mois, le dimanche de préférence. Les bords de mer comme le Mourillon ou la corniche de Tamaris semblent particulièrement adaptés. Réserver alors le côté mer pour les vélos et aménager un plan de circulation pour les voitures.

-Sensibiliser à la pratique du vélo les plus jeunes, la classe patrimoine de Font de Fillol à Six-Fours n’a pas attendu et nous montre déjà l’exemple  à suivre. Elle propose aux élèves des sorties de découverte du patrimoine local à vélo. Une telle démarche est à promouvoir et à généraliser sur TPM. C’est aussi une récente volonté nationale « le vélo à l’école primaire » fait l’actualité .

-Créer une école du vélo à Toulon pour les petits comme pour les grands . Outil indispensable tant pour une remise en selle que pour redécouvrir la ville autrement.

Pour conclure il faut souligner une autre urgence dans toutes les communes, le besoin de parking sécurisés. Concernant Toulon, Monsieur Amaury Charreton nous a confirmé, il y a peu, que la réalisation de ces parkings est bien dans le contrat du délégataire pour les parkings couverts Mayol, Peiresc, Albert 1er et Place d’armes, au plus tard pour fin 2019. C’est bien tard…Combien de vélos seront volés d’ici là , décourageant peut-être définitivement de nombreux cyclistes.

Si TPM a encouragé l’achat de Vélos à assistance électrique, beaucoup de gens ne les utilisent pas en ville par peur de se les faire dérober. Nous suggérions à Monsieur Yannick Chenevard d’équiper des locaux commerciaux vacants pour créer des box sécurisés de 10 à 15 places à proximité des commerces du centre ancien ou du port, comme par exemple sur la place Gambetta.

Les résultats détaillés de l’enquête nationale de la fédération des usagers de la bicyclette seront publiés le 16 Mars 2018. Le classement des villes favorables à la pratique du vélo risque de ne pas placer la Métropole toulonnaise sur les premières marches du podium. A Toulon 350 personnes ont apporté leurs observations, Il y aura là de quoi analyser finement les attentes des toulonnais et peut-être repenser en conséquence les priorités du PDU et les moyens consacrés aux mobilités actives.

Nous espérons pouvoir continuer activement notre collaboration avec les services mobilités transports et déplacements, de la nouvelle Métropole. Nous nous tenons toujours à votre disposition pour ces échanges.

Recevez Monsieur le Président de la Métropole Toulon Provence Méditerranée les salutations de l’ensemble des animateurs du collectif pour l’essor du vélo à Toulon.

Les animateurs co-signataires :


Les courriers sont téléchargeables ci-dessous.

courrier Monsieur le president de la metropole TPM fevrier 2018 v2

Copies de ce courrier ont été diffusées aux maires de La Seyne ,Ollioules, Saint-Mandrier en demandant un soutien de notre démarche auprès de la Métropole.

‘Courrier Monsieur Robert Beneventi maire d’Ollioules fevrier 2018

 

courrier Monsieur Gilles Vincent maire de Saint-Mandrier fevrier 2018

 

courrier Monsieur Marc Vuillemot maire de La Seyne fevrier 2018

Comments Closed

2 commentaires sur “Lettre à Monsieur le Président de la Métropole Toulon Provence Méditerranée.

Les commentaires sont fermés.